• 1

Les Saintes-Maries de la Mer (02/10/2016) : Festival Triomphal...

@Daniel Chicot
@Daniel Chicot
Ce dimanche 2 Octobre, Sébastien Castella, en collaboration avec l'Association del Mundillo, organisait une journée taurine avec en point d'orgue un festival. Le maestro a choisi d’offrir l’intégralité des bénéfices de cette journée à l’association Trisomie 21 Gard pour venir en aide à nouveau aux enfants atteints de cette maladie.


Au cartel, Sebastien Castella, Alejandro Amaya, Alberto Revesado, Jeremy Banti, Mehdi Savalli, Jonathan Veyrunes et Juan Del Mar. Un festival arbitré par des novillos de Torrealba et sous les airs musicaux du groupe flamenco "Dame la mano".

Sebastien Castella hérita d'un novillo qui montra un manque de force certain sur les premiers capotazos. Le bitterois le fit logiquement piquer sur une très légère ration. Sebastien partagea ensuite les palos avec Mehdi Savalli et Hadrien Poujol pour un tercio de qualité, où il se distingua par un quiebro millimétré. A la muleta, le Torrealba confirma vite la faiblesse entrevue précédemment, devenant quasi-invalide. Sans matière à s'exprimer, Castella parvint tout de même à
sortir de sa muleta des passages très doux, mais trop isolés pour que l'ensemble ne puisse vraiment s'envoler. Il tua d'une entière d'effet rapide. Ovation.

Alejandro Amaya salua son novillo par de soigneuses veroniques avant de le conduire pour une unique prise de châtiment lors de laquelle l'animal montra une belle bravoure. Face à un Torrealba prenant refuge aux planches, le natif de Tijuana ne perdit pas de temps et abrégea son combat, sans chercher de solutions à l'équation. Il estoqua d'un coup de descabello après une entière en place. Silence.

Le troisième dévolu à Jonathan Veyrunes montra de bonnes dispositions contre la monture sur une monopique. Au dernier tercio, le Nîmois dut composer avec un animal maniable mais manquant de classe dans ses embestidas. Jonathan put tout de même éditer une tauromachie plaisante, dans un registre très classique. Les meilleures séquences furent tracées sur la droite avec des tandas à gusto, agrémentant le tout de jolis détails. Malheureusement, une mort lente en trois assauts lui ôta tout espoir de trophée. Ovation.

Mehdi Savalli connecta d'emblée avec le public en servant des veroniques pleine d'alegria. Après une seule puya, Mehdi fit lever les tendidos en réalisant un tercio de banderillles enflammé, avec une facilité déconcertante. Après un brindis à sa femme et à leur enfant, l'Arlésien débuta par des doblones ajustés. Il ne lui fallut pas plus pour trouver le sitio à ce noble animal. Mehdi, relâché et envoûté par les sons flamenco, embarqua le public et son utrero dans une faena de haut vol. Profitant des charges pleines de transmission du Torrealba, Mehdi, main basse, l'enroula sur les deux rives dans des séries profondes et intenses, pour le plus grand plaisir des étagères. Il paracheva cette importante prestation par deux entières, libérant deux oreilles du palco présidentiel. Vuelta posthume au novillo portant le numéro 25.

Jeremy Banti accueillit avec beaucoup d'élégance son opposant avant de le mener contre le cheval monté par Olivier Margé pour une unique rencontre. A l'issue, Jeremy invita Diamante Negro pour un quite al limon, réussi avec brio. Tibo Garcia enfila quant à lui le rôle de lidiando au second tercio. Entame de faena tambour battant par un cambio plein centre donnant ainsi le ton de son trasteo. Face à cet animal de bon son, Jeremy ne se fit pas prier pour développer sa tauromachie au corte artiste. Très torero dans ses gestes et ses postures, Jeremy gratifia les tendidos de tandas inspirées, remplies de sentimientos et d’arômes andalous déclenchant de profonds olés. Il terminera cet ensemble très convaincant dans un mouchoir de poche, servant redondos, circulaires et muletazos avant de loger une lame d'effet immédiat. Deux oreilles.

Alberto Revesado, matador de toros et ganadero du jour, réceptionna avec beaucoup d'esthétisme son astado, rematant par une demi de catégorie. Après une puya, le Salmantin, décidé, partit au quite pour dessiner des chicuelinas de bon goût. Au dernier tercio, le Torrealba alla vite se révéler très collaborateur. Trouvant l'alchimie parfaite, Alberto régala le public par un toreo très ressenti, fait d'inspiration et de douceur. Dans une faena débordante de personnalité, il conduisit son pensionnaire dans de très longues séries harmonieuses et templées à souhait, ravissant les étagères. Il estoqua par une demi épée par recibir et d'un gros coup de descabello délivrant ainsi deux pavillons. Vuelta au novillo numéro 19.

Juan del Mar fit administrer à son bicho une pique après une réception par veroniques. Il réalisa à ce noble bicho une faena volontaire, connaissant de bons moments. Même s'il s'est fait quelque fois déborder par la caste du novillo, allant jusqu'à la voltereta, Juan réussit à se mettre en évidence dans un style particulier, coupant une oreille après une mort en deux temps. Oreille.

Sebastien Castella offrit le sobrero, un novillo de Los Galos. A la muleta celui ci se révéla être un partenaire proposant du jeu, mais se révélant plus compliqué que ce qu'il n' y paraissait. Devant proposer une muleta ferme et autoritaire pour en tirer le meilleur, le bitterois ne laissa pas passer l'occasion de terminer cette journée en beauté. Dominant totalement son sujet, il fit une démonstration de pouvoir et de technique, parvenant à imprimer des séries suaves, de qualité, sur chaque rive. Il finalisera son combat par une mort en trois temps. Deux oreilles.

Arènes des Saintes Maries de la Mer (13)
Dimanche 2 octobre à 15h
7 novillos de Torrealba et 1 de Los Galos (8)
Beau temps
1/2 arènes
Durée : 3h30

Sebastien Castella : Ovation / Deux oreilles
Alejandro Amaya : Silence
Jonathan Veyrunes : Ovation
Mehdi Savalli : Deux oreilles
Jeremy Banti : Deux oreilles
Alberto Revesado : Deux oreilles
Juan del Mar : Oreille

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : Daniel Chicot