• 1

Garlin (14/04/2019 - matinale) : Une bonne dose de caste dès le matin...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Il y a des jours où tout semble aller pour le mieux dès que le jour se lève et qui regonflent le moral d'un aficionado. Tout d'abord , il est réconfortant de voir les gradins des arènes quasi pleins pour la fiesta campera de l'Opportunité qui commence la journée taurine de Garlin.

Et que dire de plus quand sortent en piste deux toros novillos de Pedraza de Yeltès avec des défauts physiques compréhensibles en Fiesta Campera mais avec la caste, la bravoure et la noblesse qui font les toros de vuelta des arènes de première catégorie.
Le premier, bicho très charpenté , est applaudi à sa sortie en piste . Il prend une première pique en partant de loin. Très bien piqué par Laurent Langlois, il pousse en mettant les reins et finit par renverser le groupe équestre. Il vient de loin à nouveau pour un second excellent puyazo, ovation au piquero.
Après un bon quite à la cape, Hector Gutierrez le cite de loin. Le bicho vient avec alegria, humilie et embiste lors des premières séries à droite . A gauche, il demande plus de poder .
Le jeune mexicain, torero sincère et élégant, enchaîne de très bonnes séries de naturelles. Le garçon se croise, sait citer de loin et court la main avec temple.
En fin de faena, le toro devient plus distrait et Gutierrez fait les deux séries de trop qui font que le tPedraza est difficile à fixer et cadrer à la mort. Il s'en suit une série de pinchazos avant une entière concluante. Ovation à l'arrastre , le novillero est appelé à saluer .
Le second a un physique un peu ingrat avec un avant très costaud, un dos ensellé et un arrière train maigrelet. Il est également juste de forces. Mais comme son congénère, il a de la bravoure et de la noblesse à revendre. Dommage que sa faiblesse ne lui permette pas de les exprimer pleinement. Il prend deux piques (piquero Curro Sachez) en mettant les reins et en restant collé au peto malgré les sollicitations des cuadrillas. Le picador est applaudi à sa sortie du ruedo. Manuel Diosleguarde saura exploiter les qualités du bicho pour se mettre en évidence. Il enchaîne des séries sur les deux pitones sans complètement se croiser mais qui portent sur le public . Le final est très spectaculaire comme l'estocade qui résulte basse mais est rapide d'effet. L'arrastre est applaudie et le torero appelé à saluer.
A la sortie des arènes les discussions vont bon train mais c'est l'estocade qui départage les deux toreros . Manuel Diosleguarde fera le paseo de l'après-midi aux côtés de Dorian Canton et Alejandro Mora. Le jeune mexicain sera revu avec beaucoup d'intérêt dans le Sud-Ouest.

Fiche technique : Arènes de Garlin : Féria de l'Opportunité
deux toros novillos de Pedraza de Yeltès très encastés , excellents au cheval et à la muleta pour
Hector Gutierrez : salut
Manuel Diosleguarde : salut
quatre piques, une chute
cavalerie Bonijol
trois quarts d'arènes
Ciel couvert mais météo clémente
Manuel Diosleguarde est désigné vainqueur de la Fiesta Campera par le vote public

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour